top of page

Un week-end aux couleurs d'hiver dans le Finistère



Si tu as suivi mes aventures du mois de décembre sur Instagram (@Bretonne_en_vadrouille), tu sais que j'ai passé un séjour dans le Finistère sud à la recherche des couleurs d'hiver. Je voulais te faire un petit récapitulatif ici et, j'espère, te donner quelques idées de balades rafraîchissantes à faire, même en plein hiver ! D'ailleurs, ne crois pas les personnes qui te disent que la Bretagne, c'est bien uniquement entre juin et septembre, c'est FAUX !!!


(Une carte du circuit complet t'attend à la fin de l'article)



 


Jour 1


Étape 1 : Quimper


Le premier arrêt de ce week-end se fait à Quimper où j'opte pour une visite guidée de la ville. Laurent, de l'office de tourisme de Quimper me fait découvrir la majestueuse cathédrale Saint-Corentin, le joyau de la ville. Elle fut l'un des premiers édifice gothique de Bretagne et a été construite entre les XIIIe et XIXe siècles. Nous passons devant le Palais des évêques avant une marche le long des quais du XIXème siècle.


Puis, nous longeons les fortifications de la ville datant du XIIIème siècle. Un petit passage par le jardin de la Retraite où les palmiers et diverses essences tropicales prouvent qu'en hiver le gel est rare en Bretagne, avant de revenir à notre point de départ. Le temps passe vite quand on voit de belles choses !



À noter : ce jour là, je n'ai pas eu le temps de visiter le musée départemental Breton, situé dans l'ancien palais épiscopal… Il va falloir que je revienne découvrir cet endroit car je n'en ai entendu que du bien !


Santig Du, le petit Saint Noir

Aussi appelé le Saint sans sabot, il nait à Saint-Vougay en 1279 puis arrive en 1316 à Quimper pour se dévouer aux pauvres. Marchant pieds nus et jeunant inlassablement, il a aussi le don de prédilection. C'est ainsi qu'il sauve les pauvres lors du siège de la ville de Quimper en 1344. Quand l'épidémie de la peste arrive en ville, il soigne les malades et enterre les morts. C'est d'ailleurs ainsi qu'il meurt le 15 décembre 1349. Aujourd'hui, les reliques et une statue de Santig Du trônent dans la Cathédrale de Quimper ainsi qu'un vitrail qui lui a été consacré en 1993. Une desserte permet de déposer, devant la statue du Saint, du pain pour les pauvres.

Le petit Saint Noir



Mes coups de cœur dans la ville de Quimper :


La cathédrale Saint Corentin, construite à partir de 1239


Le jardin de la Retraite, un lieu dépaysant dans la ville


Le restaurant Nous, avec de bon produits frais et de saison



La cathédrale Saint-Corentin


Balade le long des quais et jardin de la Retraite


Déjeuner chez NOUS, restaurant Quimpérois


Visite guidée de Quimper avec l'office de tourisme : par ici !

Parcours découverte de la ville de Quimper en solo : c'est là !

Le site du restaurant NOUS : de ce côté !




Étape 2 : la pointe de la Torche


Après un bon repas sur Quimper, direction la pointe de la Torche, située sur la commune de Plomeur, pour une balade digestive en plein vent ! Pas étonnant qu'on appelle cet endroit le paradis d’Éole ! C'est le spot par excellence des surfeurs. D'ailleurs il fait frais ce jour là et pourtant, des sportifs attendent la vague dans l'eau froide. Les courageux !


D'environ 500 mètres de long et 100 mètres de large, cette presqu’île sépare la baie d'Audierne (au Nord) et l'anse de Pors Carn (au sud). Des chemins sont balisés afin de préserver cet environnement naturel.



À noter : La pointe de la Torche est aussi appelée « Beg an Dorchenn ».


Surprise !

Si tu me suis depuis un moment, tu commences à connaître ma passion pour l'histoire et la Préhistoire. Et quelle surprise de découvrir, au sommet de la pointe rocheuse de la presqu'île, un ensemble mégalithique qui trône fièrement. Il s'agit d'un dolmen à chambre et couloir de plus de 6000 ans !

Dolmen de la pointe



Mes coups de cœur à la pointe de la Torche :

Cette vue sur la mer agitée


La pause goûter au Tom Café (pas très loin de la Torche)



Balade à la Torche, le spot par excellence des surfeurs


Le dolmen au sommet de la pointe rocheuse


Le Tom Café et son délicieux chocolat chaud !


Pour découvrir le pays Bigouden : par ici !

Le site du Tom Café : par là !



Étape 3 : Combrit - Sainte-Marine


Avant que la nuit ne tombe, je passe voir le phare de Sainte-Marine qui se trouve sur la Pointe de Combrit, à l'embouchure du fleuve de l'Odet. Il mesure 13,20 mètres de hauteur, a été construit en 1885 et électrifié en 1943.

Pour dormir, j'opte pour l'hôtel du bac, qui reste mon endroit préféré grâce aux vues depuis les chambres ! Elle sont incroyables et l'hôtel est confortable. Le restaurant est plutôt bon et le petit-déjeuner correct.



Le phare de Combrit - Sainte-Marine (prises de vue en juin)


Hôtel du bac, Sainte-Marine



 


Jour 2




Étape 4 : Réveil en douceur


J'attends que le jour se lève pour pouvoir visiter la chapelle Sainte-Marine. Elle se situe juste en haut du port. Dédiée à Saint-Voran, la chapelle fut édifiée au XVIème siècle avant d'être agrandit au XXème. Je n'oublie pas de jeter un coup d'oeil au phare de Bénodet, que je vois juste en face de Sainte-Marine et de prendre une photo de l'abri du marin !



Mes coups de cœur à Combrit - Sainte-Marine :

Le calme que la station offre hors saison


La vue depuis la fenêtre de la chambre d'hôtel


Le phare de Sainte-Marine


La chapelle Sainte-Marine


​Pour découvrir le pays Bigouden : C'est ici !

Site de l'hôtel du Bac : c'est par là !

Étape 5 : Entre Cap Coz et Beg-Meil


C'est parti pour une randonnée comme j'aime, sur le GR34, entre Cap Coz et Beg-Meil. Et j'en prends plein les yeux ! D'un côté, Cap Coz séduit les amateurs d'eaux limpides et de tranquilité. De l'autre, Beg-Meil est une discrète station offrant des kilomètres de plages dissimulées parmi les rochers. Ce sentier est un mélange de falaises, vieilles demeures, plages de sable fin et de rochers en tout genre.


À noter : Ce n'est pas une boucle ! Pour faire l'aller-retour, il faut compter 2 à 3 heures. En voiture, le mieux est de se garer dans la "descente de Bellevue" avant de rattraper le GR34 à pieds à Cap Coz . Prendre la direction Beg-Meil.



Mes coups de cœur sur ce sentier :

Le kiosque de Bot-Conan


La vue sur la nature paradisiaque !!


Sur le GR34 - Entre Cap Coz et Beg-Meil


Sur le GR34 - Entre Cap Coz et Beg-Meil


Pour découvrir le pays Fouesnantais : par ici !

Étape 6 : Pont-Aven


Ce midi, j'ai très faim après cette chouette randonnée. J'opte pour un restaurant sympa au bord de l'Aven : la promenade. Il est idéalement situé au bord de l'eau, un poêle à bois chauffe et la nourriture est excellente. Je me sens vraiment à l'aise dans cet endroit chaleureux.



À noter : Bien sur, il y a l'option « Pique-nique » avec plein d'endroits sympas où se poser ! (Et un Supermarché en cas d'oubli).


Une fois le ventre plein, je me sens prête à visiter la ville de Pont-Aven. L'office de tourisme propose des visites guidées dans la cité des peintres. J'apprends plein de choses avec une super guide !

Par exemple, savais-tu que les fameuses galettes de Pont-Aven étaient fabriquées depuis le XVIIe siècle par les boulangers ? Ou que Paul Gauguin et Emile Bernard avaient inventés le synthétisme, une simplification artistique visant à montrer l'essentiel ? Génial !

Bien sur, je passe par le musée de Pont-Aven, un endroit que je connais déjà mais dans lequel j'aime me prélasser ! Je pourrais y passer des heures. Ce musée est installé dans l'ancien hôtel Julia, entièrement restauré. On peut y voir des expositions temporaires mais aussi une exposition permanente qui se compose d'une centaine d'œuvres des représentants les plus illustres de l'école de Pont-Aven (Gauguin, Sérusier, Bernard,...).



À noter : le musée d'Orsay est partenaire des expositions thématiques.


Qui était Julia Guillou dont l'ancien hôtel tient son nom ?

Julia Guillou, « La bonne hôtesse des peintres » permit à de nombreux artistes en attente de reconnaissance de séjourner dans le bourg grâce à son hôtel de voyageurs qu'elle acquit en 1871. A l'intérieur, une salle de 250 couverts et 4 ateliers d'artistes étaient à disposition des peintres.

Salle Julia - Musée de Pont-Aven. Les boiseries sont d'origines.



Il est presque temps pour moi de rentrer avec des souvenirs plein la tête et des photos plein l'appareil ! Mais avant, je profite d'un goûter dans un lieu insolite en plein Pont-Aven : Le boucan.


C'est une librairie gourmande dans laquelle il y a de délicieux gâteaux (en vrai, ils me donnent tous envie, mais je n'ai pas pu tous les gouter!!!) et des livres d'occasion ou neuf à vendre. Une parfaite alchimie s'est créée entre une libraire et une cuisinière et j'adore, forcement ! Il est aussi possible de manger sainement et bio le midi.

Mes coups de cœur à Pont-Aven:

La promenade au cœur de la cité, le long de l'Aven


Le musée de Pont-Aven (bien sur!!!)


Le carrot cake du Boucan



Le restaurant "La promenade", au bord de l'eau.


Visite guidée dans Pont-Aven


Visite guidée dans Pont-Aven


Dans le musée de Pont-Aven


Le délicieux carrot cake du Boucan


Pour visiter Pont-Aven : c'est ici !

Site du restaurant "La promenade" : par là !

Informations sur le musée de Pont-Avent : par ici !

Compte Instagram du Boucan : juste là !



 


Circuit du week-end :



Je tiens à remercier Tout commence en Finistère (particulièrement Clémence pour l'organisation et l'accompagnement) ainsi que tous les différents partenaires cités dans cet article.

Grâce à vous tous, j'ai pu découvrir ou redécouvrir des endroits magnifiques et prendre une bonne bouffée d'air frais !

Site internet de "Tout commence en Finistère" : c'est ici !

Leur Facebook : juste là !

Leur Instagram : ici !














bottom of page